Sorti des mots, jeté dehors...

Comme recraché par une gloutonnerie en barres d'acier
Trop indigeste le blownblue.
_"Va-t-en coucher avec la vie si elle est si bien que ça !" m'ont-ils dit, en fermant les portes.
Chez les mots, il y a un sorcier, c'est pas sorcier le mot c'est sorcier, tout simplement. Il est tout en rouge, et en noir et jaune sur le visage, une crinière explosive, un peu comme Tina Turner à ses redébuts. Il avait appui sur sa sagaie, pointée vers le haut, et il poussait des sortes de... grognements belliqueux. Je ne lui ai pas dit, mais un petit "fuck off" s'imposait, alors en lui tournant le dos pour partir ainsi qu'il le voulait, je me suis mis à sourire, d'un sourire du genre "je t'emmerde gros con, tu n'es rien ailleurs". L'équivalent d'un fuck off donc.

Dehors il faisait nuit. Frais. On était le 6/6/6 depuis 6 minutes, j'ai pris la voiture et j'ai roulé sur le néant autoroutier, noyé dans l'absence, avec un peu de vent qui s'écoulait sur l'aérodynamisme relatif de mon fuselage automobile, et une sous-musique entraînante qui courait à côté, dans le poste.
Mon coeur s'est mis à se réchauffer, de lui-même, comme ça, sans que je sache trop pourquoi, je me rappelle juste que j'aimais bien l'ambiance. La fameuse vie qui palpite, en charriant les soucis comme un bulldozer lent mais im-pla-cable qui pousserait des monuments d'acier effondrés dans un tintamarre symphonique d'échos d'éclats sonores métalloïdes et creux, avec la svelte aisance d'une ballerine de secondes légères, filante entre les états de l'inconscience.

Je n'avais pas écrit depuis deux jours et ça ne me manquait pas. C'est là que j'ai eu cette impression d'avoir été recraché par les mots. A force de dire que l'art est dans le monde, que le monde est art, on peut aussi en déduire qu'il n'y a plus besoin d'oeuvre, ni donc de mots "artistiques" pour ce qui concerne l'écrit. Ajoutez à cela ce projet en souffrance sur la génération automatique de textes, qui est un peu comme une offense aux mots en les traîtant comme des objets industriels, et vous obtenez cet irrespect d'une part, et cette... non-envie d'écrire pas plus que que ça d'autre part, je me suis dit donc qu'ils avaient dû me foutre dehors, avec un sorcier en porte-parole. En porte-grognement pardon.

Et puis mon bras gauche a suivi mon coeur, il avait chaud lui aussi.
Et puis voilà, comme ça, tous les deux, tout chauds. Et vas-y que je t'emmène jusqu'à un clavier pour raconter tout ça.
Avec des mots.