Quand à l'ombre des cyprès, j'attendais son nom
La rumeur des syllabes
Avait omis toutes celles que j'espérais

Le temps coulait entre les sons
Il nous fallait attendre l'immense crabe
Lui seul révèlerait

Oui, seul, il dira comment les jours partiront
Amèneront son corps
Au-delà de l’amour qui restera enfoui

Et moi je tournerai en rond
Ravivant les jours et les nuits de nos deux ports
De leurs phares ébloui

Merci à Xioix, de tout coeur :)