J'ai regardé le film collision tout à l'heure.
Il y a une petite fille de 5 ans dedans avec un visage de paix absolue.
A un moment donné, elle se jette sur son père pour le protéger d'un coup de feu, et elle y arrive grâce à une très belle idée scénaristique que je vous laisse le plaisir de découvrir si vous ne l'avez vu.

Et là ce soir, je pense à ma puce à moi

Hier soir je cherchais des infos sur le net en pensant à mon entretien de l'après midi concernant mon futur professionnel.
Je pestais en disant que rien de ce qui s'était dit ne me convenait.
Les "solutions" tournaient et retournaient sans fin dans ma tête, s'approfondissant à chaque tour ou me perdant en cours de route.

Au bout d'un moment, j'en avais vraiment marre de me prendre le chou avec tout ce merdier de situations et de lois, et dans un élan en forme de grand soupir, je jetais la souris de dépit d'une petite hauteur de 10 centimètres.
Vraiment marre.

Un peu avant j'avais exprimé à voix haute à ma femme mon exaspération de cette situation sans issue véritable.

La tension en moi était autant au découragement qu'à la lassitude énervée. Quand, après avoir jeté la souris, ma fille vint me voir, puis de son mètre 02 et de ses quatre petits ans, elle tendit les bras vers mon cou; je me penchai et elle me fit un calin en me disant... :
"_ ça va aller papa, c'est pas grave..."
un sourire à moi plus tard elle me dit à nouveau :
"Je t'aime papa."

Comme un miracle...

On se demande pourquoi on fait des enfants parfois tant ils sont pénibles à gérer, dans leur quotidien comme dans leurs "éclats".
Mais alors là... désarmé en douceur... en innocence... et spontanéité.
Je n'ai pu que sourire, malgré tous les soucis qui m'assaillaient à ce moment-là .
Lui faire un gros bisou. Lui répondre
"Moi aussi ma puce..." et sourire....

:)

Baby Face of my peaceful Sun...